Les vrais gens

– bonjour Jean-Philippe

– monsieur

– je vous ai fait venir parce que le président n’est pas content

– oui, monsieur

– les sondages sont bas, l’action du gouvernement est illisible. Hier encore, lorsque nous en parlions, il m’a demandé « quel gouvernement ? »

– ha ha, le président a le sens de la formule, monsieur

– oui. J’ai aussi appelé Edouard, le conseiller power point, mais il n’est pas encore arrivé. Donc, en attendant, Jean-Philippe, puisque vous êtes le conseiller média, vous allez devoir me donner des idées

– oui, monsieur

– …

– …

– alors, des idées ?

– j’y réfléchis, monsieur

– pas trop longtemps non plus, mon cher Jean-Philippe. Comme me le disait le président ce matin, « qui réfléchis trop ne saurait agir tôt »

– voilà qui est bien dit !

– n’est-ce pas… et dire que certains le prennent pour un inculte !

– …

– oui, Jean-Philippe ?

– une honte, monsieur

– heureux que nous soyons du même avis.

– mais que fait ce foutre-dieu d’Edouard ?

– je l’ignore, monsieur

– des idées en attendant ?

– oui, monsieur : le président pourrait faire une allocution télévisée

– hum

– éventuellement nous pourrions le placer dans les jardins, ce qui nous permettrait d’installer le dispositif-caméras tout autours. En introduction, nous pourrions faire un travelling vertical montrant la rue Saint-Honoré, pour montrer le côté « homme de la rue » du président.

– continuez, mon cher Jean-Philippe, vous m’intéressez

– ensuite, durant l’émission, nous pourrions faire une série de travelling horizontaux qui mettraient en valeur l’aspect dynamique du président, travellings auxquels on pourrait rajouter…

– je me permet de vous rappeler qu’il s’agit d’une allocution du président, mon cher Jean-Philippe

– …

– pas d’une reconstitution du Cuirassé Potemkine

– certes, monsieur

– en plus, votre truc de l’homme de la rue, ça ne prendra pas. Il faudrait dégager les cars de CRS, ce que le président n’acceptera pas

– je suis d’accord, monsieur

– bien

– et une conférence de presse, monsieur ?

– une conférence de presse ? On en fait une tous les mois !

– non non, une différente, avec des journalistes qui posent des questions

– …

– …

– ha ha ha! Toujours le mot pour rire : c’est pour cela qu’on vous apprécie en haut lieu, mon cher Jean-Philippe

– merci monsieur

– Mais toutes ces frivolités ne nous donnent pas de solution, alors que je vois le président dans une heure. Et que peut faire Edouard, bon sang ?

– Tout à fait entre nous, monsieur, j’ai cru entendre que son dernier diaporama avait déplu au président

– tiens donc !

– mais ce ne sont là que rumeurs, probablement.

– Cela va sans dire. Puis-je vous confier quelque chose, Jean-Philippe ?

– certainement, monsieur

– vous êtes un homme très correct, si on ne vous laisse pas parler plus de quelques secondes.

– …

– vous pouvez dire merci, Jean-Philippe

– merci, monsieur

– alors, des idées ?

– il est possible que j’en ai une : puisque le président veut se rapprocher des gens, pourquoi ne pas le laisser discuter avec des vrais gens ?

– des vrais gens ?

– oui, des gens de la rue…

– j’avais compris, Jean-Philippe. Mais vous savez que le président ne garde pas vraiment de bons souvenirs de ses derniers contacts. Je doute qu’il en apprécie l’idée.

– mais si nous réussissions à créer un contexte favorable, monsieur…

– un contexte favorable ? Une idée lumineuse aurait-elle germé dans votre cerveau ? Ce serait une première, mon cher Jean-Philippe !

– …

– ha ha ha, au contact de notre président, je deviens chaque jour plus drôle. N’est-ce pas, Jean-Philippe !

– oui, monsieur

– ha ha… hum, bon, qu’entendez-vous par « contexte favorable » ?

– eh bien, si nous réussissions à créer une ambiance de discussion entre le président et une petite dizaine de personnes, cela pourrait recréer une ambiance tout à la fois sérieuse, conviviale et prompte à éviter les débordements des uns et des autres.

– « des uns et des autres » ?

– oui, monsieur

– le président appréciera la délicatesse de votre formule

– merci, monsieur

– très bonne idée, la discussion autours d’un café. Où se déroulerait-elle ?

– je ne sais pas encore.

– plus grave : comment sélectionner les dix personnes ?

– je l’ignore aussi. Nous pourrions peut-être demander à Arthur de nous fournir son public…

– celui de ses émissions ou celui de ses spectacles ?

– je ne sais pas encore, monsieur

– attention, Jean-Philippe, le président veut du concret, quelque chose qui le rende respectable dans l’opinion senior

– oui monsieur

– ce qui suppose l’abandon du plan nichon sur la brunette du premier rang, n’est-ce pas Jean-Philippe ?

– bien sûr monsieur

– d’autres idées ? Une vous est déjà venue, et un miracle ne vient jamais seul !

– euh… merci monsieur

– à moins qu’il nous faille au contraire attendre désormais de longues années ! ha ha ha !

– …

– ha ha ha ! hum… bon, revenons à nos vrais gens

– oui, monsieur, je pensais y mettre un panel représentatif de la diversité sociale…

– très bien, ça, « diversité sociale », ça fait ouverture à gauche, mais pas trop. Le président va aimer !

– je l’espère, monsieur…

– mais dites-moi, mon cher Jean Philippe, qu’entendez-vous au juste par « diversité sociale » ?

– eh bien, je pensais m’inspirer de la diversité des vécus, afin que chaque spectateur puisse se retrouver dans les questions posées par un des intervenants.

– intervenants ?

– euh, je veux dire : vrais gens.

– je préfère. Et, est-ce qu’on est obligé de s’inspirer de tous les vécus ?

– c’est préférable, monsieur, le public n’apprécierait pas que notre panel représentatif ne représente que le parti.

– certes, Jean-Philippe, vous me prenez de court…

– merci, monsieur

– vous ais-je dis que c’était une bonne chose, Jean-Philippe ?

– euh non, je pensais…

– vous devriez éviter de penser, Jean-Philippe, ou ça risque de vous créer des ennuis

– oui, monsieur

– bien, la question est donc : comment éviter que tout ça devienne politique ?

– je pense, monsieur, que le format de la dernière campagne a donné entière satisfaction sur ce plan-là.

– expliquez-vous mieux !

– en focalisant les gens sur un prétendu vécu personnel, on les renvoie sur leur problème propre en les privant de la capacité de penser en terme collectif, ou politique…

– très bien, mon cher Jean-Philippe… et espérons que cela fonctionne, il s’agirait pas qu’ils lui posent des questions de politique étrangère ! ha ha ha ha !

– ha ha ha !

– ha ha ha ha ! hum… plus sérieusement, où allons-nous trouver ces gens ?

– je l’ignore, monsieur… on pourrait bien demander aux impôts…

– ridicule, mon cher Jean-Philippe… mais dîtes-moi, avez-vous seulement pensé à appeler Pernaut ?

– Pernaut ?

– Pernaut !

– je dois avouer, monsieur, que…

– c’est une trèèès bonne idée, ça, lui saura quoi faire pour composer ce public.

– si je puis me permettre, monsieur

– oui oui, permettez-vous de sortir, cher Jean-Philippe, je témoignerai au président de l’allant qui fut le votre pour préparer cette émission…

– …

– au revoir Jean Philippe

– au revoir, monsieur

– allo, Jean-Pierre ? C’est moi, je viens d’avoir une idée…

Publicités

3 Réponses to “Les vrais gens”

  1. libreplume Says:

    mdr!!! Jean pierre mon préféré!

    toute ressemblance avec l’actualité ne serait que fortuite et non recherché :D

    C’est très réaliste de ce que doivent être les coulisses de notre monarchie en plus :D

  2. vallesmarineris Says:

    « C’est très réaliste de ce que doivent être les coulisses de notre monarchie en plus :D »

    Je serais tenté de dire « malheureusement pas »… Je pense que les gens qui concoctent des farces telles que cette émission de Pernaut s’imaginent réellement oeuvrer pour le bien commun, avec une part de calcul, certes, mais sans cynisme aucun…

    Enfin, j’espère me tromper…

  3. libreplume Says:

    tu es optimiste :D

    Je dirais qu’ils savent qu’ils proposent de la daube et que leur but est de trouver des moyens pour abrutir « les masses » , fidèle public de TF1 …et le pire c’est que j’ai l’impression qu’ils finissent par y arriver !

    mais où est passé mon idéalisme ? :D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :