Au PS, on n’a pas d’idées, mais on a des Congrès.

« Au PS, le vrai travail commence », a confié Martine Aubry lors de la dernière Convention du Parti. L’occasion de revenir sur l’un des coups de génie organisationnel du PS : le Congrès.

Le congrès consiste à appeler un certain nombre de congressistes, les délégués, à les réunir dans une grande salle (point trop grande non plus, il est important qu’elle paraisse remplie) afin qu’ils viennent écouter des discours ennuyeux. A la fin d’un discours, les gentils organisateurs des congrès circulent dans les rangs afin de réveiller les délégués qui ont alors l’occasion d’applaudir. Cela leur est d’autant plus aisé que la fin d’un discours indique en général la survenue de la pause petits-fours.

Puisqu’il faut bien justifier la tenue d’un congrès, autrement que par la qualité des petits-fours et les prospectus touristiques disponibles dans l’office du tourisme de la ville organisatrice, les socialistes organisent en général une dispute.
La dispute est un rituel du congrès socialiste. Elle se mène en général entre des équipes, nommés des courants. Chaque courant est formé par un leader, appelé camarade (parfois charismatique, mais souvent non, dans la mesure où le charisme participe à une individualisation malsaine de la politique qui tend à mettre en évidence un personnage au détriment de ses idées : on appelle ça la pipolisation) et animé par des gentils organisateurs, aussi appelés personnes de conviction. Il arrive parfois qu’un courant soit formé par plusieurs camarades, au cas où un homme de conviction accéderait à la position convoitée de camarade de courant, ou lorsque plusieurs camarades décident de fusionner les motions.

La motion est le texte proposé par un courant. Il est formé d’un assemblage de phrases, débute par une majuscule et se termine généralement par un point (il arrivait souvent qu’une motion se termine par un point d’exclamation lorsque la dernière phrase était « à bas le capitalisme ! » ou encore « non à la droitisation du parti ! »). La motion présente généralement des idées pour un projet de société. Elle est remise à la direction après avoir reçu l’aval des comités de conformité morale, écologique, éthique et citoyenne.

Une fois toutes les motions remises, la dispute commence entre la motion A, pour une société « antilibérale et écologiquement responsable, dans le respect des libertés citoyennes de chacun », la motion B, pour un monde « plus juste et écologiquement responsable, dans le respect des libertés citoyennes de chacun » et la motion C, pour une société « qui promeuve le développement durable et la responsabilité écologique et sociale de tous, dans un monde où le libéralisme soit au service des citoyens, et non le contraire ».

Les disputes sont ritualisées : chaque camarade de courant vient exposer sa motion devant les autres en faisant un discours ennuyeux, que chaque délégué aura pu parcourir auparavant à l’écrit, de même que les services de presse qui en profitent pour manger des petits-fours. La réussite du courant durant le congrès se mesure généralement à l’écoute du discours par les autres camarades, qui peuvent :
– écouter avec un sourire poli. C’est généralement bon signe.
– écouter en hochant la tête. C’est généralement bon signe.
– écouter en faisant des blagues avec leur voisin(e), dont tout le monde se demande si c’est une vraie blague, ou uniquement un effet de mise en scène destiné à faire jaser les services de presse afin que les petits fours ne disparaissent pas tous avant la fin du discours. Quoiqu’il en soit, c’est généralement bon signe.
– ne pas être présent, mais indiquer que cette absence est due à des raisons externes à leur propre volonté, qui n’a donc rien à voir avec la teneur du discours et la qualité de la motion proposée par le courant, qui obtient bien évidemment tout leur soutien. C’est généralement bon signe aussi.

Lorsque les discours sont passés, les gentils membres du parti, aussi appelés les militants, sont appelés à voter pour décider laquelle, de la motion A, de la motion B ou de la motion C est la plus proche de leur sensibilité politique. Une fois le vote passé et les résultats connus, une synthèse entre les trois motions est proposée par le grand leader du parti, aussi appelé premier secrétaire. La synthèse consiste à prendre des mots dans la motion A, la motion B et la motion C, afin de les mélanger pour donner une motion ABC. Suivant le vote des militants, la motion ABC sera déséquilibrée en faveur de l’une ou l’autre des motions originelles. Par exemple, si la motion A est arrivée en tête, la synthèse sera ABC. De même, si la motion B est arrivée en tête, la synthèse sera ABC. Le camarade à la tête du courant dont la motion est arrivée la première se voit attribuer une place de choix à la direction du parti, aussi appelée le secrétariat national.

Les militants sont appelés à voter pour approuver la motion de synthèse. Il est rare que la motion de synthèse soit refusée, dans la mesure où aucun gentil organisateur ne circule pour réveiller les militants avant le vote. Une fois adoptée, la motion ABC devient le programme du parti jusqu’au prochain congrès. Le programme sert à patienter une fois que les petits-fours sont terminés.
A la fin du congrès, les survivants décident de la date du prochain congrès. Les autres sont renvoyés dans leur cellule, aussi appelée section du Parti. Enfin, certains reviennent à la vie et chantent l’Internationale. En général, ils meurent aussitôt après.

Publicités

Une Réponse to “Au PS, on n’a pas d’idées, mais on a des Congrès.”

  1. libreplume Says:

    on chante l’internationale au PS ? et on a droit à plus de petits fours ? ça explique les chants des pro- Mélanchon pendant les manifs …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :